Le thé Japonais - 8 types et son histoire

  • Par the-stef
  • Le 18/11/2017
  • Commentaires (0)

The japonLe thé et le Japon sont intrinsèquement liés. Boisson la plus consommée du pays, elle possède une place particulière dans son l’histoire, sa culture, sa spiritualité et son art. Dans cet article vous découvrirez l’histoire du Japon à travers le développement de son industrie du thé. Nous vous présenterons également les différents types de thés Japonais

Histoire du thé au Japon

Au Japon, la première référence écrite au thé sont les écrits d’un moine Bouddhiste au 9émé siècle. C’est en effet à cette époque que des prêtres et des émissaires japonais, envoyés en Chine pour découvrir la culture chinoise, rapportèrent du thé. Saicho en 805 et Kukai en 806 sont probablement les premiers prêtres à avoir importé du thé au Japon. Le thé est alors présenté sous forme de briques (voir l'histoire du thé). Entre 809 et 823, l’Empereur Japonais Saga (809 à 823), qui appréciait particulièrement cette boisson, en encourageât la culture. Une culture toutefois limitée puisque boire du thé restait une prérogative réservée à la classe royale.

Eisai japonEn 1191, le fameux prêtre Zen Eisai rapporta de Chine des graines de théiers et du thé Matcha, la nouvelle forme de consommation du thé en Chine à cette époque. Certaines des graines rapportées par Eisa furent offertes au prêtre Myoe Shonin et servirent de fondation à la culture du renommé thé Uji. Alors qu’en Chine le thé en poudre, le thé Matcha, n’a été abondamment consommé que durant une période relativement brève, cette forme de consommation prit une place considérable dans la culture Japonaise avec le développement de la cérémonie du thé (chanoyu).

Entre 1641 et 1853 le Japon connut une période de repli sur soi et mit en place une politique d’isolationnisme total afin de contrôler l’utilisation de ses ressources naturelles par les pays étrangers, le commerce avec ces derniers et affirmer sa position en Asie Orientale. Conséquence de cette politique d’isolation, la Chine fut durant près de 200 ans le seul producteur et fournisseur de thé au monde. Durant cette période, en 1740 pour être exact, Soen Nagatani élabora une méthode de dessiccation des feuilles à la vapeur qui permettait de faire ressortir le parfum de fraicheur du thé. Contrairement aux thés verts chinois qui sont initialement séchés à la poêle, les thés verts japonais offrent une saveur plus végétale, semblable à celle de l'algue, et légèrement plus amère.

Le procédé d’infusion des feuilles de thé entières est une méthode qui ne fut connue au Japon que plus tard, importée de Chine lorsque les relations se détendirent. En effet, en 1859, le Japon mit fin à sa politique d’isolation et connut une période de croissance et de développement économique.  Ainsi le pays industrialisa, par exemple, ses méthodes de production du thé, développant des cylindres rotatifs chauffants. Le pays se lança également dans la production de thés noirs.

En l’espace de 50 ans le Japon devint l’un des principaux exportateurs de thé en direction des USA.  A l’aube de la 1ere guerre mondiale le pays exportait 19.961 tonnes de thé vert et 10.141 tonnes de thé noir. Cette demande extérieure fut cependant de courte durée car les importations américaines se tournèrent ensuite vers les thés noirs corsés anglais et vers les pays producteurs plus économiques, tels que le Sri Lanka, l’Inde et le Kenya. L’industrie japonaise du thé dut s’adapter : elle se réorienta sur la demande intérieure et la culture du thé vert qui aujourd’hui représente plus de 95% de la production nationale.

En 1920 une équipe de scientifiques japonais publia les résultats de ses recherches qui démontraient les bienfaits du thé vert japonais et sa teneur en vitamines et catéchine. Le gouvernement publia ces études afin de promouvoir la consommation locale.

The japonais ceremonie

 

Les principales variétés de thé au Japon

  1. Thés verts infusés classique : Gyokuro, Bancha et le fameux thé vert japonais Sencha

    • Le thé de plus grande qualité est le thé Gyokuro, aussi connu sous le nom de ‘Perle de rosée’. Ce thé, dont les feuilles sont momentanément couvertes afin de les protéger du soleil, est cueilli durant la première récolte. Si vous souhaitez déguster l’un des meilleurs thés japonais, laissez-vous tenter par le Gyokuro.
    • Vient ensuite le thé Sencha, lui aussi généralement cueillit durant la première récolte (lorsque c’est le cas il est nommé Shincha) mais dont les feuilles ne sont pas protégées du soleil. Le thé Shincha est prisé au Japon et n’est disponible qu’en quantité limité à l’étranger.
      Le thé Sencha est le plus commun des thés et représente à lui seul plus des deux tiers de la production Japonaise.
    • Enfin, le thé Bancha est un thé de qualité inférieure dont les feuilles sont cueillies durant les récoltes postérieures.
  2. Matcha

    Seules les feuilles de qualité premium sont utilisées pour préparer un thé vert Matcha. Elles sont séchées, réduites en fine poudre et mélangées à de l’eau.

  3. Kukicha – Thé de brindilles et de tiges

    Kukicha est un thé vert japonais fait de tiges et de brindilles. Composé de parties du théier qui ne sont pas utilisées dans la plupart des autres thés, il a une saveur et un arôme uniques. C’est un thé particulièrement odorant, rafraîchissant et avec un arrière-goût rappelant les algues.

  4. Hojicha (thé vert torréfié)

    Le thé Hojicha est torréfié ce qui donne aux feuilles une couleur brun rougeâtre caractéristique. La chaleur de la torréfaction provoque aussi des altérations chimiques au sein des feuilles et donne à la liqueur un arome sucré, semblable au caramel.

  5. Genmaicha (Thé vert mélange avec du riz brun torréfié)

    Le thé Genmaicha est une boisson populaire au Japon et est souvent servi dans les restaurants.

  6. Oolongcha

    Le thé Oolongcha est composé de feuilles que l’on laisse s’oxyder légèrement avant de les sécher à la vapeur d'eau ou de les torréfier. C’est un thé populaire dans les restaurants du Japon.

  7. Kocha (thé noir)

    Les feuilles du thé Kocha sont encore plus oxydées que celles du thé Oolongcha, ce qui donne à la boisson une couleur sombre. En Japonais "kocha" signifie "thé rouge" en référence à la couleur brun rougeâtre de la liqueur.

  8. Thé au Jasmin

    Le thé aux fleurs de Jasmin est une boisson très courante à Okinawa oú elle est connue sous le nom de Sanpincha.

 

Vous en savez désormais un peu plus sur l’histoire du thé au pays du Soleil Levant et sur les différents types de thés produits et consommés par le pays. Si vous n’avez pas encore terminé votre pause thé, vous vous suggérons d’en découvrir plus sur votre boisson favorite en feuilletant nos autres articles.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×